Impéralisme à l’échelle du Brésil

Français

Dans les librairies, le dernier livre d’histoire a avoir fait un tabac s’appelle 1808 (pt). À l’époque, Napoléon était sur le point de prendre Lisbonne. Pressé par les Anglais, qui lui assurèrent une escorte tout au long du voyage, l’Empereur João VI embarqua pour Rio de Janeiro. C’était la première fois qu’un souverain européen se déplaçait personnellement dans les colonies pour y résider.

Português

Nas livrarias, o último livro de historia que fez sucesso se chama 1808 (pt). Neste época, o Napoleão estava pronto para tomar Lisboa. Pressionado pelos Inglêses, que ofereceram escolta para toda a viagem, o Imperador João I se mandou para o Rio de Janeiro. Foi a primeira vez que um soberano europeu viajava pessoalmente até as colonias para ali residir.

Arrivée à Rio de Janeiro / Chegada no Rio

Dans mon dictionnaire d’Oxford, l’impérialisme se définit comme ceci: « (hist.) Extension de l’Empire Britannique là où le commerce a besoin de la protection du drapeau ». Le motif de l’escorte offerte par les Anglais mériterait d’ailleurs bien une autre étude. Enfin, bien que les Empereurs aient disparu, le phénomène s’est perpétué jusqu’à nos jours sous une forme nouvelle, qu’on pourrait identifier comme le complexe militaro-industriel (fr).

Si l’expression sert surtout pour qualifier la situation aux États-Unis, elle gagne d’autres caractéristiques dans d’autres pays: la France, par exemple, s’est spécialisée dans le nucléaire (fr). À l’échelle régionale, on trouve aussi de nouveaux acteurs capables d’exercer ce type de pression, et d’adopter ce genre de politique. En Amérique Latine, ce rôle est joué par le Brésil.

Prenons une exemple de politique « deux poids, deux mesures », où deux situations similaires sont traitées différemment suivant qu’elles affectent ou non l’intérêt national – ou ce qui est perçu comme tel. Dans l’État de Roraima, à l’extrême-nord du pays, la Réserve Raposa Serra do Sol est en passe d’être délimitée en une seul bloc compact, au grand dam des riziculteurs locaux qui en seront expulsés, et des militaires et ruralistes qui voient cette situation comme une menace à la souveraineté nationale (pt): « Notre territoire peut se transformer en une Nation Guarani, comme c’est arrivé avec la Nation Ianomami dans le nord, et passer peu à peu sous contrôle étranger » (pt). De là, les médias ont relayé cette idée de menace grandissante en l’étayant de nouvelles preuves. De nombreux étrangers, voir associations et compagnies étrangères, possèdent des terres dans la région, qu’ils ont acquises on-ne-sait-pas-bien-comment, et qui constituent donc, forcément, une extension de leur propre pays en plein milieu du Brésil: la Confédération de l’Agriculture et de l’Élevage a organisé un séminaire sur le sujet (pt), tandis que les chaînes de télévision se déchaînent sur le Suédois (pt) qui a acheté des terres en Amazonie. Le vieux démon de l’internationalisation de revient à la charge.

De l’autre côté de la forêt, en Bolivie et au Paraguay, les habitants ont les mêmes problèmes. Sauf que de ce côté, il s’agit de fermiers brésiliens qui possèdent de nombreuses terres: le journal Estado de São Paulo parle même de terre promise (pt). Avec l’arrivée au pouvoir de gouvernements socialistes, qui semblent avoir envie de redistribuer les terres, ceux-ci sont menacés d’expropriation. Au lieu de faire le parallèle entre les deux situations, et de constater que le Brésil est en train par là-même d’étendre son territoire à l’intérieur de celui des autres, la chose est traitée comme s’il s’agissait d’une nouvelle menace à la souveraineté nationale – par le biais de son commerce.

Protection du drapeau là où le commerce est menacé. Il est intéressant de noter qu’on trouve ici une forme d’ « impérialisme d’échelle ». En effet, l’impérialisme brésilien n’affronte pas – ou pas encore – les forces traditionnelles européennes et américaines. Au contraire, il se retourne sur ses propres dépendants, en Amérique du Sud et en Afrique (pt). Et tout ça à cause d’un petit caporal…

No meu dicionario de Oxford, o imperialismo se define assim: « (hist.) Extenção do Imperio Britanico onde o comércio precisa da proteção da bandeira ». Bem que o motivo da escolta oferecida pelo Inglêses mereceria  um outro estudo. Enfim, enquanto os imperadores desapareceram, o fenomeno se perpetuou até os nossos dias com uma nova forma, que poderiamos identificar como o complexo militar industrial (fr).

Se a expressão serve sobre tudo para qualificar a situação nos Estados-Unidos, ela tem outras caracteristicas em outros paises: a França, por exemplo, se especializou no nuclear(fr) . Na escala regional, achamos também novos atores capazes de exercer este tipo de pressão, e de adotar este estilo de politica. Na America Latina, este papel é do Brasil.

Veja um exemplo de política « dois pesos, duas medidas », onde duas situações parecidas recebem um tratamento diferente, segundo que afetam ou não o interesse nacional – ou, aquilo que é percebido como tal. No Estado de Roraima, no extremo-norte do pais, a Reserva Raposa Serra do Sol está aguardando a sua demarcação continua, para a tristeza dos arrozzeiros que serão expulsos, e dos militares que veêm esta situação como uma ameaça contra a soberania nacional(pt) : « O nosso território pode se transformar numa ‘nação guarani’, assim como aconteceu com a ‘nação yanomami’ no norte e, aos poucos, passar para o domínio estrangeiro »(pt) . As mídias difundiram esta idéia de ameaça, acrescentando novas provas. Entre elas, o fato que numerosos estrangeiros, até associações e companhias estrangeiras, possuem terras na região, que adquiriram ninguém-sabe-bem-como, constituindo assim, obviamente, uma extensão dos seus respetivos paises bem no meio do Brasil: a Confederação da Agricultura e Pecuária organizou um seminário sobre o assunto(pt) enquanto a mídia despedaçava o Sueco que comprou terras na Amazonia (pt). O velho demônio da internacionalização volta de prontidão.

Do outro lado da foresta, na Bolivia e no Paraguai, as pessoas tem o mesmo problema. Salvo que, deste lado, são fazendeiros brasileiros que possuem as terras: o Estado de São Paulo fala até de terra prometida (pt). Com a eleição de governos socialistas, que parecem ter vontade de redistribuir as terras, eles estão sob ameaça de expropriação. Em vez de estabelecer o parelelo entre as duas situações e de enxerguar o fato que o Brasil também está extendendo o seu próprio territorio nas terras dos outros, o problema é tratado como se fosse uma outra ameaça à soberania nacional – por meio do comercio.

Proteção da bandeira onde o comercio está ameaçado. Interessante é de constatar que encontramos aqui uma forma de « imperialismo de escala ». De fato, o imperialismo brasilieiro não enfrenta – ou ainda não – as forças tradicionais europeias ou americanas. Ao contrário, ele se volta para os seus próprios dependentes, na America do Sul e na Africa (pt). E tudo isso por causa de um pequeno caporal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :