La fête de São Gonçalo

Français

Le 15 janvier, c’est le jour de la São Gonçalo. Que se passe-t-il le jour de la São Gonçalo à São Gonçalo? C’est la fête, naturellement. Et à Bahia, syncrétisme afro-brésilien oblige, toute fête qui se respecte passe par le lavage des marches de l’église la plus proche. Lorsqu’il n’y a pas d’église (ce qui est rare), on trouve toujours l’un ou l’autre escalier public.

Português

Dia 15 de janeiro, é dia de São Gonçalo. O que está acontecendo no dia de São Gonçalo em São Gonçalo? Festa, é claro. E na Bahia, graças ao sincretismo afro-brasileiro, toda festa um tanto bem organizada se deve de lavar as escadas da igreja a mais próxima. E até quando não tem igreja (algo muito raro), sempre se acha alguma escada pública.

dsc06657

Le personnage central du lavage, c’est la Bahianaise. La même qui, pendant toute l’année vend tranquillement ses acarajés aux appétissantes crevettes au coin de toutes les rues, une fois la fête venue, se transforme en fervente suivante du divin, que celui-ci se manifeste sous la forme de Jésus, Oxalá ou Saint Gonzague. Peu importe, finalement, c’est la force du syncrétisme.

La tradition du lavage des églises remonte au XVIIIème siècle, à une époque où c’était le travail des esclaves. Depuis, la pratique s’est intégrée dans la culture afro-brésilienne, comme l’une des pièces centrales de l’identité noire. Les manifestations les plus connues se déroulent dans les quartiers de Bomfim et Itapoã à Salvador.

À São Gonçalo, c’est peut-être la manifestation culturelle la plus typique, puisque les autres – la Saint Jean et le Festival d’Hiver – sont des évènements soit répandus dans tout le Nordeste, soit plus récents. Après le lavage de l’église, les blocos sortent et animent les rues. Toute la semaine est ainsi plongée dans les festivités.

A personagem central da lavagem, é a Bahiana. A mesma que, durante o ano vende tranquilamente os seus acarajés cheios de camarões gostosos em todas as esquinas, uma vez que chegou a festa, se transforma em fiel servidora do divino – que este se manifesta sob a forma de Jesus, Oxalá ou São Gonçalo. Não importa, afinal, esta é a força do sincretismo.

A tradição da lavagem remonta ao século XVIII, quando era o trabalho dos escravos. Desde então, a prática se integrou na cultura afro-brasileira, como uma das peças centrais da identidade negra. As manifestações mais famosas acontecem nos bairros de Bomfim e Itapoã em Salvador.

Em São Gonçalo, se trata talvez da manifestação cultural a mais típica, poís as outras – a São João e o Festival de Inverno – são eventos, ou acontecendo no Nordeste todo, ou muito recente. Depois da lavagem, os blocos saiem e animam as ruas. Toda a semana mergulha nas festividades.

dsc06680

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :