Unger, Lander et Bolívar: le coeur de l’intégration sud américaine

Français

Pour continuer sur le sujet du continent sud américain, voici un extrait d’une interview de Roberto Mangabeira Unger, Ministre des Affaires Stratégiques brésilien, publiée dans El Pais:

« Au projet d’union sud-américaine, il manque un coeur, un cerveau. Ce n’est que squelette, structure, il n’a pas d’esprit. L’UE avait deux prémices: être un projet de paix perpétuelle, pour mettre fin au siècle des guerres européennes, et être un grand espace de modèle d’organisation sociale et économique différente du modèle américain. Nous n’avons pas encore construit en Amérique du Sud un contrepartie à cela; on parle de commerce, d’intégration énergétique et logistique, mais on n’aborde pas le plus important: quel est ce nouveau projet, quel est notre chemin dans le monde. Je crois que l’affirmation de ce modèle ou de cette trajectoire au Brésil, de loin le pays le plus prépondérant en Amérique du Sud, pourra donner un coeur, un cerveau, au projet d’union sud-américaine. » (original en es)

Un second extrait; plus ancien, du sociologue vénézuélien Edgardo Langer :

« Il n’y a rien dans l’idée d’intégration en soit que nous puissions considérer comme favorable pour le futur des peuples du continent. Il ne suffit pas que l’intégration soit latino-américaine ou sud-américaine pour qu’elle corresponde aux intérêts de ces peuples. Tout dépend du modèle d’intégration en question. Qui l’impulse, pourquoi, pour qui, en fonction de quels intérêts et de quelles valeurs le dessine-t-on? » (fr)

Edgardo Lander explique encore que la logique de croissance actuelle s’est basée sur les exportations, et l’insertion dans l’économie globale, sous la pression des États-Unis et de l’Union Européenne. Comme chez Unger, on trouve donc un modèle fondamentalement anti-capitaliste. Dans leur interprétation, l’Amérique du Sud se situe aujourd’hui par rapport aux États-Unis à la même place qu’elle s’est située face à l’Espagne à l’époque de Simón Bolívar:

« Les Américains, dans le système espagnol en vigueur, et peut-être avec plus de force que jamais, n’occupent pas d’autre place dans la société que celle de serfs à peine bons pour le travail, et tout au plus celui de consommateur. » (original en es)

C’est pourtant face à ce constat que se joue toute la portée d’un projet d’intégration sud-américaine. Celui de Simón Bolívar, aussi judicieux qu’il ait été à son époque, a été absorbé par la Doctrine Monroe au début des années 1920 – un siècle plus tard. C’est-à-dire, la réapparition d’un nouveau système dans lequel le continent a retrouvé une place de simple producteur de matières premières, et de consommateur de produits importés. Bolívar lui-même, dans sa Carte de Jamaïque, parlait de la difficulté de maintenir un système en équilibre, sans qu’il ne plonge dans l’absolutisme.

Pas plus qu’au XIXe siècle sans doute, le coeur du projet actuel d’intégration sud-américaine n’est à chercher ni à Madrid, Lisbonne ou Washington, ni chez Obama, Chavez ou Lula. L’hypothèse du « roi bénévole » rejoint celle du « bon sauvage » dans les archives de l’angélisme. Un modèle d’organisation sociale, tel que l’annonce Unger, peut-il se construire sous l’instruction d’un maître? L’Union Européeenne montre qu’une telle structure ne peut apparaître sans l’appropriation de leur propre histoire par les communautés locales – une expérience qu’on retrouve dans les villes franches médiévales ou dans la lutte pour le suffrage universel.

Où est le coeur du projet, alors? En Amérique du Sud, évidemment, partout. C’est aux gens de le dire, à eux de pouvoir le dire, pour la première fois.

Português

Para levar adiante o assunto do continente sul americano, aqui está um trecho de uma entrevista com Roberto Mangabeira Unger, Ministro dos Assuntos Estrategicos brasileiro, publicada em El Pais:

« Ao projeto de união sul americana, falta um coração, um cerebro. É apenas esqueleto, estrutura, não tem espirito. A União Européia teve duas propostas: ser um projeto de paz perpetua, para por fim ao século das guerras européias, e ser um grande espaço de um modelo de organização social e economica diferente do modelo dos Estados Unidos. Nos não construimos ainda na América do Sul uma contrapartida para isso, tratamos de comercio, de integração energética e logística, mas não tratamos do mais importante: qual é o nosso projeto, qual é o nosso caminho no mundo. Eu acho que a afirmação deste modelo, desta trajetória, no Brasil, que é, de longe, o pais o mais preponderante da América do Sul, permitiria dar um coração, um cerebro, ao projeto de união sul americana. » (original em es)

Un outro trecho, mais antigo, é do sociologo venezuelano Edgardo Langer:

« Não tem nada na idéia de integração em si que podemos considerar como favorável para o futuro dos povos do continente. Não basta a integração ser latino-americana ou sul americana para traduzir os interesses destes povos. Todo depende do modelo de integração. Quem o impulsione, porque, para quem, segundo quais interesses e quais valores está elaborado? » (fr)

Edgardo Lander ainda explica que a logica de crescimento atual se baseiou nas exportações, e na inserção dentro da economia local, sobre pressão dos Estados Unidos e da União Européia. Tanto ele quanto Unger, tem na mente um modelo fundamentalmente anti-capitalista. Na interpretação deles, a America do Sul se encontra hoje em relação aos Estados Unidos no mesmo lugar que ela se encontrava em relação à Espanha na época de Simón Bolívar:

« Os americanos, no sistema espanhol que está em vigor, sequer com maior força que nunca, não ocupam outro lugar na sociedade que aquele de servos própios para o trabalho, e quando mais o de simples consumidores. » (original em es)

É bem em frente a essa declaração que se caracterize todo o potencial de um projeto de integração sul americano. O projeto de Simón Bolívar, embora judicioso na época dele, foi absorvido pela Doutrina Monroe no inicio dos anos 1920 – um século mais tarde. Ou seja, o reaparecimento de um novo sistema no qual o continente reencontrou o seu papel de simples produtor de matéria prima, e de consumidor de produtos importados. O mesmo Bolívar, na sua Carta de Jamaíca, falava da dificuldade de manter um sistema em equilibro, sem mergulhar no absolutismo.

Nada mais que no século XIX, deve se procurar o coração do atual projeto de integração sul americana nem em Madri, Lisboa ou Washington, nem em Obama, Chavez ou Lula. A hipotese do « rei benevolente » se junta a do « bom selvagem » nos arquivos do anjelismo. Um modelo de organização social, tal como o anuncia Unger, pode se construir sobre a direção de um mestre? A União Euopéia mostra que tal estrutura não pode aparecer sem a apropriação da sua própria história pelas comunidades locais – uma experiência que encontramos nas cidades francas da Idade Média ou na luta pelo sufragio universal.

Onde está o coração do projeto então? Na America do Sul, claro, em todos os lugares. São as pessoas que tem que dizer, elas que devem poder dizer, pela primeira vez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :