Coup d’état!

(fr)

Je n’avais jamais vraiment suivi le déroulement d’un coup d’état. Après tout, ça n’arrive pas tous les jours. Cette fois, c’est au Honduras que ça se passe.

Il faut reconnaître que la région a une longue tradition de coups d’état, et les économistes pourraient presque dire qu’ils en ont fait leur avantage comparatif. Le point culminant, c’était les années 80, quand les Etats-Unis ont décidé d’y recherche leur intérêt national (Guatemala, Panama, Nicaragua, Honduras…).

L’alliance entre militaires et membres du Congrès honduréen a littéralement mis le Président Zelaya dehors, en une seule nuit, avant de ceinturer les institutions et de prendre la place du calife. C’est l’aboutissement d’une longue crise entre gouvernement et opposition sur la politique de Zelaya, qui s’est tourné vers l’Alternative Bolivarienne et propose une nouvelle constitution pour le pays. Le nouveau gouvernement a ensuite justifié le contrôle de la population pour assurer son pouvoir.

Le schéma typique du coup d’état revient avec la figure du défenseur, du restaurateur de la Patrie, endossée par les partisans de la ligne dure. Il s’agit avant tout de prévenir tout changement dans la nature du régime. Pendant la guerre froide, c’étaient les communistes qui étaient accusés ; aujourd’hui, ce sont les bolivariens. Et lorsque la pression populaire est un peu forte, il faut la protéger d’elle-même – car au fond, elle ne sait pas vraiment ce qu’elle fait. La fin du raisonnement signale donc la fin des institutions, et du propre régime.

Sous l’influence de la perception d’une menace, je crois qu’il y a une profonde confusion latente entre public et privé, qui aboutit au coup d’état. Ceux dont Micheletti est le représentant défendent un Honduras où ils ont le contrôle de l’évolution du pays. Cela ne veut pas dire qu’ils forment une oligarchie bananière à la solde du grand capital, mais bien qu’ils se veulent l’intermédiaire entre le peuple et l’histoire du pays. Un trait qui les relie d’ailleurs à ceux qu’ils disent combattre.

Reste qu’en se basant sur l’actuelle constitution du Honduras pour justifier l’éviction violente d’un Président, ils ont plutôt tendance à justifier la nécessité d’en promulguer une nouvelle. Vite.

(pt)

Eu nunca tinha realmente seguido um golpe de estado. Afinal, não acontece todos os dias. Desta vez, foi no Honduras.

Tem que reconhecer que a região tem uma grande tradição de golpes, e os economistas poderiam até dizer que se trata aí da sua vantagem comparativa. O auge, foi nos anos 80, quando os Estados Unidos decidiram de procurar là o seu interesse nacional (Guatemala, Panamá, Nicaragua, Honduras…).

A aliança entre militares e membros du Congresso hondureno jogou literalmente o Presidene Zelaya fora do país, em uma noite, antes de cercar as instituições e de « prendre la place du calife ». É a conclusão de uma longa crise entre governo e oposição sobre a políica de Zelaya, que se voltou para a Alternativa Bolivariana e propos uma nova constituição para o país. O novo governo justificou então o controle da população para segurar o seu poder.

O esquema típico do golpe de estado vem com a figura do defensor, do restaurador da Patria, bandeira levantada pelos partisãs da linha dura. Trata-se antes de tudo de prevenir qualquer mudança na natureza do regime. Durante a guerra fria, os comunistas eram acusados ; hoje, são os bolivarianos. E quando a pressão popular fica mais forte, é preciso protegê-la de ela mesma – pois, no final, ela não sabe o que está fazendo. Assim, o fim do raciocino assinala o fim das instituições, e do regime.

Sobre a influência da percepção de uma ameaça, acho que tem uma profundo confusão latenta entre público e privado, que leva até o golpe. Aqueles cujo Micheletti é representante defendem um Honduras onde eles têm o controle da evolução do país. Isto não significa que eles formam uma oligarquia bananeira à solda do grande capital, e sim que eles querem ser o único intermediário entre o povo e a história do país. Um traço que liga à aqueles que dizem combater.

No final das contas, baseando-se na constituição do Honduras para justificar a evicção violente de um Presidente, eles tendem a justificar a necessidade de promulgar uma nova. Rápido.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :