Surveillance de Masse

(fr)

En 1950, quand la Stasi a été créée en Allemagne de l’Est, la surveillance de masse est devenue une politique d’État. Il y avait des informateurs dans la plupart des usines, dans tous les quartiers. Les écoles, les universités et les hôpitaux étaient aussi ciblés, au nom de la défense nationale. À la même époque, des archives étaient également montées par de nombreux régimes militaires d’Amérique du Sud. Au Brésil, le SNI (Service National d’Intelligence) possédait des dossiers sur tous ceux qui étaient considérés dangeureux pour l’État, et ce depuis sa fondation, en juin 1964.

AI-5 est le nom d’un Acte Institutionnel adopté par le régime militaire au Brésil. Il a été promulgué en décembre 1968 pour contrer la vaste opposition dans le pays. En fait, l’AI-5 a ouvert la voie au régime militaire pour censurer les journaux, les artistes et les intellectuels. Il a été utilisé pour réprimer les étudiants et les syndicats, jusqu’à sa révogation en 1978. Il est toujours considéré comme la loi la plus infâme de l’histoire du pays.

L’expression « AI-5 Digital » renvoie à un nouveau projet de loi étudié par le Congrès Brésilien. Bien que son objectif officiel soit de combattre le piratage et la pédophilie, de nombreux critiques disent qu’il est dangeureusement repressif (pour un résumé, voir praxagora en). Sergio Amadeu est l’un des activistes les plus éminents: « Son objectif est de criminaliser l’utilisation quotidienne d’Internet, de rendre suspects les réseaux P2P, d’empêcher les réseaux ouverts, de renforcer les DRM, et de limiter l’utilisation libre de machines digitales. Entre autres choses bizarres, le projt veut transformer les providers en un genre de police privée. Cela mettrait en péril la privacité des utilisateurs et, si il est approuvé, cela augmenterait le prix déjà élevé des communications au Brésil. » (amadeu pt)

Quand les providers doivent enregistrer l’activité de leurs clients, ils doivent savoir qui va où. Qui a fait quoi. C’est-à-dire, comme l’utilisation d’Internet dans la vie quotidienne est en augmentation, qu’ils obtiendraient un dossiers complet sur les gens. En fait, on leur demande de mettre les gens sous archives: le projet veut qu’ils gardent ces données pendant trois ans – suffisamment pour connaître n’importe quel détail sur la vie de n’importe qui. Miroir du modèle économique actuel, le projet propose encore que l’État sous-traite l’espionnage sur la vie des citoyens. Pour se déresponsabiliser. Le Sénateur Eduardo Azeredo a défendu son projet, en argumentant que « seules les plaintes officielles seraient considérées. » (terra pt).

La plupart des médias défendent l’idée: « Il est guidé par une intuition préventive – la même qui ferait construire une passerelle au-dessus d’une avenue avant qu’ils n’y ait une dizaine d’accidents. On sait que le nombre de victimes va bientôt augmenter, et une action rapide réduirait les coûts. » (o tempo pt) Encore récemment, le plus gros canal de TV du Brésil, Globo, a mélangé novela et réalité. Dans l’un des épisodes, un personnage s’exclamait: « Tu le crois? Et il y a des gens qui veulent que ceci [Internet] soit libre et non-règlementé! » Fréquemment, les éditeurs de Globo expriment leurs opinions politiques au travers des personnages de leurs novelas (scielo pt).

Depuis la première publication du projet, il y a eu une profonde réaction au sein de la société brésilienne. Une pétition a reçu 150.000 signateurs, tandis qu’une plate-forme en ligne appelée Trezentos a permis de rassembler les gens de tous le pays. Enfin, lors de la Foire Internationale du Logiciel Libre (à Porto Alegre, la ville du Forum Social Mondial), le Président Luiz Inácio Lula da Silva a lui-même appelé ce projet une nouvelle forme de censure (opensource.org en).

Grâce à toute la pression venue de la société, le projet ne sera sans doute jamais adopté. Au contraire, une contre-proposition sera envoyée au Congrès, cette fois avec une ample participation d’acteurs sociaux et digitaux.

Si c’est une bonne nouvelle, le cas du Brésil est isolé. Partout dans le monde, Internet est de plus en plus considéré comme un espace où les terroristes, les hackers et les pirates règnent: il doit être règlementé et ses utilisateurs contrôlés. Tout cela, au nom de la sécurité. Exactement comme dans les années 50 et 60, quand la menace politique était utilisée pour justifier la surveillance de masse des deux côtés de la Guerre Froide, le XXIème siècle s’ouvre sur une attaque massive contre les droits de l’homme, en prenant Internet pour excuse.

(pt)

Em 1950, quando a Stasi foi criada na Alemanha Oriental, a vigilância de massa se tornou uma política de Estado. Tinha informantes na maioria das fábricas, em todos os bairros. As escolas, as universidades e os hospitais estavam também vigiado, em nome da defesa nacional. Na mesma época, arquivos estavam montados por vários regimes militares sul-americanos. No Brasil, o SNI mantinha documentos sobre todos as pessoas consideradas perigosas para o Estado, desde a sua fundação em Junho de 1964.

AI-5 era o nome de um Ato Institucional feito pelo regime militar no Brasil. Foi promulgado em dezembro de 1968 para enfrentar a oposição no país. Na verdade, o AI-5 abriu o caminho para o regime militar censurar os jornais, os artistas e os pensadores. Ele foi utilizado para reprimir estudantes e sindicatos até a sua revogação em 1978. Ainda hoje, é lembrado como a mais descarada lei que existiu no país.

A expressão « AI-5 Digital » esta ligada a um novo projeto de lei, em estudo no Congresso Brasileiro. Enquanto o seu objetivo oficial é o combate contra a pirataria e a pedofilia, numerosos críticos dizem que é repressivo de mais (para um resumo, ver praxagora en). Sergio Amadeu é um mais eminentes ativistas: « Seu objetivo é criminalizar práticas cotidianas na Internet, tornar suspeitas as redes P2P, impedir a existência de redes abertas, reforçar o DRM que impedirá o livre uso de aparelhos digitais. Entre outros absurdos, o projeto quer transformar os provedores de acesso em uma espécie de polícia privada. O projeto coloca em risco a privacida de dos internautas e, se aprovado, elevará o já elavado custo de comunicação no Brasil. » (amadeu pt)

Quando os provedores devem gravar a atividade dos seus clientes, eles devem saber quem vai onde. Quem faz o que. Ou seja, com o uso da Internet crescendo na vida cotidiana da população, eles obteriam um registro completo das pessoas. Na verdade, o projeto quer que eles colocam a vida das pessoas em arquivos: devem guardar as informações durante três anos – bastante para saber qualquer detalhe da vida de qualquer um. Espelho do modelo econômico atual, o projeto ainda propõe que o Estado terceiriza o serviços de inteligência sobre a vida dos cidadãos. Para tirar a responsabilidade. O Senador Eduardo Azeredo defendeu o seu projeto, argumentando que « Só serão investigados casos denunciados » (terra pt)

A maioria da mídia defende a idéia: « É norteada por um intuito preventivo, como seria a construção de uma passarela antes de acontecerem dezenas de atropelamentos no mesmo local. Sabe-se que aí as vítimas aumentarão em breve, e agir com rapidez permitirá economizar transtornos e lágrimas » (o tempo pt). Mais recentemente, o maio canal de televisão do Brasil, Globo, misturou novela e realidade. Em um dos episódios, uma personagem falava: « Não acredito! E tem gente que querem que isso aí seja livre e sem regras! » Frequentemente, os editores da Globo exprimem as suas opiniões políticas pelas suas personagens de novela (scielo pt).

Desde a primeira publicação do projeto, teve uma profunda reação na sociedade brasileira. Uma petição recebeu 150,000 assinaturas, enquanto uma plata-forma online chamada Trezentos permitiu de reunir gente do país todo. Enfim, durante a Feira Internacional do Software Livre (a FISL, em Porto Alegre, cidade do Fórum Social Mundial), o Presidente Luiz Inácio Lula da Silva chamou este projeto de nova forma de censura (opensource en).

Graças a toda a pressão vinda da sociedade, o projeto provavelmente nunca será adotado. Ao contrário, uma contra-proposta será enviada ao Congresso, desta vez com ampla participação de atores sociais e digitais.

Se é uma boa notícia, o caso do Brasil é isolado. No mundo todo, a Internet é cada vez mais considerada como um espaço onde terroristas, hackers e piratas reinam: deve ser regulamentado e os seus usuários controlados. Tudo isso, em nome da segurança. Exatamente como nos anos 50 e 60, quando a ameaça política estava usada para justificar a vigilância de massa do dois lados da Guerra Fria, o Século XXI abre com um ataque maciço contra os direitos humanos, usando apenas a Internet como desculpa.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :