Chasseurs de Gringos

(fr)

Lors de notre précédente expédition, souvenez-vous, nous avions mis le cap sur le sud de l’Île d’Itaparica. C’était une région de mangroves boueuses, remplies de caïmans et de serpents. Nous avions presque découvert l’homme que nous cherchions, puisqu’à défaut de glacier, il était Prussien.

Cette fois-ci, point de navire, et c’est à dos de mule que nous avons voyagé sur la piste d’une cité disparue. Nous tenions nos informations d’une vieille dame, une Lombarde, que mon compagnon Giuseppe avait rencontrée en ses terres. Elle était presque sénile, bien entendu, mais entre ses folies, il avait pu glaner de précieuses informations :

« En suivant les marges du Rio Seco, » avait-elle raconté, « au-delà des Quilombos d’esclaves en fuite, s’élèvent les maisons d’un peuple étrange, petit et travailleur. Au regard perçant et bridé. Et en face de ceux-ci, il y a une autre tribu, de hauts gaillards fortement bâtis. Aux cheveux comme le soleil. »

Poussés par l’espoir d’un renom international – au moins égal à ce cochon de Livingstone, nous nous étions retrouvés sur une mauvaise route en terre battue, pleine de trous, bordée d’arbres à corossols – une plante des Antilles, qui rend fou ceux qui en abusent. Le soleil était haut dans le ciel, et nous avions déjà vidé nos réserves d’eau. Soudain, au loin, mon compagnon avisa une silhouette légèrement courbée, qui avançait les mains dans le dos.

« En voilà un », s’écria-t-il, et aussitôt j’avais fait s’arrêter les mules. « Exactement comme la vieille me l’a expliqué ».

Nous nous sommes approchés avec prudence. De son côté, l’autre a fait appel aux siens. Quelques minutes plus tard, nous étions encerclés. Ils étaient de petite taille, et leur yeux étaient bel et bien presque clos. Nous nous sommes présentés le plus habilement, mais ils se méfiaient. Après bien des parlements, car ils parlaient notre langue, et quelques échanges de verroteries, car on n’est jamais trop prudent, ils ont acceptés de nous mener à leur chef.

Et en fait de chef, nous avons rencontré une petite femme, assise sur un simple siège, avec dans la main une sorte de fouet qui lui servait à écarter les mouches. La discussion fut enrichissante, et nous avons pu retracer bonne partie de leur histoire. Une histoire de long voyage, et de dur labeur. Une histoire de plantes nouvelles, inconnues jusqu’alors, de relations dangereuses avec les voisins, qu’ils soient de la tribu d’en face ou des Quilombos. À la fin, la matriarche nous fit deux présents : un régime de bananes étranges et entièrement rouges, ainsi qu’une copie de leur livre sacré, qui conte tout sur leur petit peuple.

En suivant ses indications, nous sommes alors partis à la recherche de l’autre tribu. Et rapidement, nous sommes arrivés au coeur de leur village. Les hommes aux cheveux de soleil. Tout à l’opposé des premiers, ceux-ci nous ont accueilli à bras ouverts, une bouteille de tafia dans chaque main. Pour ne pas les vexer, nous avons été forcés d’accepter cet alcool qu’ils mélangent à l’eau de la noix de coco.

Avec eux, nous avons voyagé dans le temps, jusqu’à une époque funeste de terres ravagées par le sang et la haine, de peuples broyés et de destinées balayées. Avec une nostalgie toute particulière, ils nous ont relaté l’ensemble de leurs mythologie, comment leur monde est né, enfanté par la guerre.

C’est avec tristesse que nous les avons quittés, alors que la nuit était déjà tombée. La pleine lune nous guida de retour chez nous, avec le sentiment d’avoir fait un bien petit périple, en comparaison avec ceux que les deux tribus ont traversé.

(pt)

Durante a nossa expedição anterior, lembrem-se, seguimos rumo ao sul da Ilha de Itaparica. Era uma região de mangue e de lama, cheia de jacarés e de cobras. Tínhamos quase encontrado o homem que procuravamos, já que, se não era sorveteiro, era da Prússia.

Desta vez, nada de navio, e foi sentados em cima de mulas que viajamos na trilha de uma cidade perdida. Conseguimos as informações de uma velha senhora, uma Lombarda, que o meu companheiro Giuseppe tinha encontrado nas suas terras. Estava velha e caduca, claro, mas no meio das suas doenças, ele tinha confiado algumas pistas:

“Seguindo as margens do Rio Seco,” contou ela, “além dos Quilombos dos escravos fugidos, erguem-se as casas de um povo estranho, pequeno e trabalhador. Com o olhar felino e puxado. E na frente daqueles, vivia outra tribo, de altos sujeitos muito fortes. Com cabelos de sol.”

Levados pela esperança de uma fama internacional – pelo menos igual à este porco de Livingstone, estávamos nós numa estrada de terra vermelha, cheia de buracos e bordada de árvores de graviolas, uma planta das Antilhas que deixa louco aqueles que abusam dela. O sol estava alto no céu, e já tínhamos esvaziado todas as nossas reservas de água. De repente, no horizonte, o meu companheiro avistou um sujeito levemente curvado, que avançava as mãos nas costas.

“Lá está um deles,” gritou ele, e eu parei logo as mulas. “Exatamente como a velha me explicou.”

Nós aproximamos com muita cautela. Por sua parte, a figura chamou os seus. Alguns minutos depois, estávamos cercados. Eram pequenos, e os seus olhos eram mesmo quase fechados. Nós apresentamos da maneira a mais civil possível, mas eles ficaram com receio. Após muitas palavras, pois falavam a nossa língua, e trocas de balangandãs, pois nunca é prudente de mais, concordaram em nos levar até o chefe da tribo.

E em vez de chefe, nos deparamos com uma pequena mulher, sentada em uma simples cadeira, e na mão um tipo de chicote que servia a afastar as moscas. A conversa foi enriquecedora, e pudemos recompor a maior parte da história deles. Uma história de grandes viagens, de trabalho difícil. Uma história de plantas novas, desconhecidas até então, de relações perigosas com os vizinhos, sejam eles a outra tribo ou os homens dos Quilombos. No final, a matriarca nós fez dois presentes: um cacho de bananas estranhas e completamente vermelhas, e uma cópia do livro sagrado, que conta tudo sobre o povo deles.

Seguindo as orientações da chefe, fomos então buscar a outra tribo. E rapidamente, encontramos o coração da aldeia. Os homens de cabelo de sol. Em contraste com os primeiros, aqueles nós receberam de braços abertos, uma garrafa de cachaça em cada mão. Para não incomodá-los, fomos obrigados em tomar este álcool que eles misturam com água de coco.

No meio deles, viajamos no tempo, até uma triste época de terras devastadas pelo sangue e pelo ódio, de povos esmagados e de destinos frágeis. Com uma nostalgia muito particular, eles relataram toda a sua mitologia, como o seu mundo nasceu, um parto em plena guerra.

Foi com tristeza que deixamos a aldeia, quando a noite já tinha caído. A lua cheia nós guiou de volta para nossas casas, com o sentimento de ter feito uma jornada bem humilde, em comparação com aquelas que estes dois povos atravessaram.

Publicités
Comments
One Response to “Chasseurs de Gringos”
  1. gaetane de brouwer dit :

    passionant , et super bien ecrit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :