Manufacturing Consent, Indústria Brasileira

(fr)

« Après deux ans de campagne gigantestque, avec la création d’ONGs de façade et de mouvement soi-disant grass-root, […] la proportion d’Américains qui croient qu’il existe des preuves solides d’une augmentation des températures globales est tombé de 71% en avril 2008 à 57% en octobre 2009 » (Forum pt).

L’architecture médiatique qui s’est construite autour de la question est phénoménale. C’est ce que Noam Chomsky appelait Manufacturing Consent, dans un documentaire sur l’industrie médiatique (Youtube en).

Appliquée à un domaine scientifique compliqué – après tout, qui a déjà lu un rapport du GICC – l’industrie de l’opinion publique peut démontrer toute sa force, surtout lorsqu’il s’agit d’inséminer le doute dans les esprits :

« Le sujet est en pleine discussion, disent gravement les grands groupes à la source du réchauffement […], donc le thème est controversé. Les sceptiques ont commencé à se présenter, non pas comme des contestataires du phénomène, mais bien comme ceux qui ont une vision équilibrée, loin des extrémismes, et qui croient donc qu’il est bien possible qu’il y ait un problème, mais qu’il faut être prudent et repousser les décisions. »

Noam Chomsky a étudié la forme prise par les groupes médiatiques, et comment cela influe sur leur manière d’aborder l’actualité. Comme toute entreprise privée, un groupe médiatique doit gagner de l’argent. Et un journal en gagne avec de la publicité. Les compagnies qui paient ces publicités ont elles-mêmes des intérêts, qui peuvent éventuellement s’avérer menacés par la publication de nouvelles.

Que peut-on faire alors ? Si vraiment une nouvelle peut aller à l’encontre des intérêts d’une entreprise qui permet à un journal de fonctionner, celui-ci aura-t-il vraiment la possibilité de la publier ? Certainement pas. Au maximum, il cherchera à aborder le problème d’une manière qui lèse le moins possible son mécène. Et au bout du compte, on crée donc un vrai secteur médiatique, qui réunit non seulement la presse mais aussi ses financeurs.

Le fonctionnement de ce secteur n’obéit plus à la logique ou à l’idéal de ce qu’on appelle la « liberté de la presse ». Même dans le cas américain, où ses innombrables journaux sont ventés comme preuve de l’impossibilité de publier une nouvelle mensongère, on en arrive à des cas extrêmes : la défense de la guerre en Irak, par exemple, unanime dans toute la presse nationale, ou le scepticisme environnemental.

Dans le cas du Brésil, une telle situation est encore facilitée par l’extrême concentration médiatique, qui met dans les mains d’un groupe réduit – 4 ou 5 compagnies maximum – toute la presse nationale. Et lorsque le plus grand groupe audiovisuel et le premier éditeur de presse hebdomadaire, Globo et Abril, se font les instruments d’une campagne d’information, les autres suivent aveuglément, sans doute pour ne pas passer pour des idiots.

En octobre 2009, le Mouvement des Paysans Sans Terre (MST) a envahi l’une des fermes du plus grand groupe producteur d’oranges du pays – voire du monde – Cutrale. Dans la presse, la condamnation du MST a été immédiate, appuyée sur des vidéos montrant l’abbatage mécanisé des orangers par les envahisseurs. Le fait que les terres sur lesquelles étaient plantés les arbres étaient illégalement occupées par l’entreprise, et revendiquées depuis des années pour la réforme agraire auprès de l’INCRA, par contre, est continuellement passé sous silence (Real World Radio es).

Cet exemple montre bien comment, pour ne pas blesser les intérêts d’une entreprise symbolisant la réussite économique du pays (dont la vocation d’exportateur mondial d’aliments est sans cesse remise dans les esprits), un phénomène est abordé de manière tronquée. L’industrie à l’oeuvre.

(pt)

« Depois de dois anos de uma gigantesca campanha de mídia, envolvendo também a criação de ONGs fajutas e de movimentos aparentemente grass-root […], a proporção de americanos que achavam existir evidências sólidas de aumento das temperaturas globais caiu de 71% em abril de 2008 para 57% em outubro de 2009. » (Fórum pt)

A arquitetura das mídias que se construiu em volta do problema é fenomenal. É o que Noam Chomsky chamava Manufacturing Consent, em um documentário sobre a indústria da mídia (Youtube en).

Aplicadas num setor científico complicado – afinal, quem já leu um relatório do GICC – a indústria da opinião pública pode demonstrar toda a sua potência, sobretudo quando se trata de inseminar dúvidas nas pessoas:

« O tema está em discussão, afirmam gravamente os grandes grupos geradores do aquecimento […], portanto o assunto « é controverso ». Os « céticos » passam a se apresentar não como os que têm uma visão equilibrada, sem extremismo, portanto acreditam que talvez haja um problema, mas temos de ser ponderados e adiar decisões. »

Noam Chomsky estudou a forma que tomaram os grupos das mídias, e como isso influi sobre a maneira que eles têm de tratar a atualidade. Como qualquer empresa privada, um tal grupo deve ganhar dinheiro. E um jornal ganha dinheiro com publicidade. As empresas que pagam estas publicidades também têm interesses, que podem as vezes estar ameaçadas pela publicação de algumas notícias.

O que fazer então? Se é verdade que uma notícia pode ferir os interesses de uma empresa que faz um jornal funcionar, este terá realmente a possibilidade de publicar? Claro que não. No máximo, poderá abordar o problema de uma maneira que poupe o seu padrinho. No final, se cria um verdadeira setor das mídias, reunindo não apenas a imprensa, mas também os seus financiadores.

O funcionamento deste setor não obedece mais à lógica ou ao ideal do que chamamos a “liberdade da imprensa”. Mesmo no caso americano, onde os inúmeros jornais estão apresentados como a prova que é impossível publicar falsas noticias, chegamos até casos extremas: a defesa da guerra no Iraque, por exemplo, unânime na imprensa nacional, ou o ceticismo ambiental.

No Brasil, tal situação ainda é facilitada pela concentração extrema das mídias, que coloca nas mãos de um grupo reduzido – 4 ou 5 empresas no máximo – toda a imprensa nacional. E quando o maior grupo áudio-visual e a primeira editora de imprensa semanal, Globo e Abril, se fazem os instrumentos de uma campanha de informações, os outros seguem cegamente, provavelmente por medo de ficar de sobra.

Em outubro de 2009, o Movimento dos Sem Terra (MST) invadiu uma das fazendas do maior grupo produtor de laranjas do pais – e possivelmente do mundo – Cutrale. Na imprensa, a condenação do MST foi imediata, apoiada por vídeos mostrando o abate mecanizado das laranjeiras pelos invasores. O fato das terras onde foram plantadas as árvores estarem ocupadas ilegalmente pela empresa, e reivindicadas há anos para a reforma agrária no INCRA, no entanto, foi continuamente silenciada (Real World Radio es).

Este exemplo mostra bem como, para não ferir os interesses de uma empresa simbolizando o sucesso econômico do país (cuja vocação de exportador mundial de alimentos sempre é lembrada para todos), um acontecimento é tratado de maneira equivocada. A indústria na obra.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :