Vidéo-Conférence

Lundi matin, j’ai été voir une vidéo-conférence. Une vraie, comme on en entend parler dans les téléfilms américains du samedi soir. Au beau milieu d’un barbecue entre voisins (sauf Jones, qui est en service commandé au Guatemala), le chef d’entreprise américain doit participer à une réunion à l’autre bout du pays. Problème, son hélicoptère est cassé et le prochain avion est pris dans une tempête de neige, alors plus d’autre solution, « Janet, appelez New York. » Et là, le tableau au fond de la pièce se retourne et c’est un énorme écran. Janet lance un programme secret, le chef valide son code et ils se connectent avec les collègues de New York. Tout le monde fume des cigares et parle fort.

Bon, lundi, personne ne fumait de cigare. Mais il y avait deux grosses télés dans la salle. On était pas à New York non plus, mais pour le reste c’était tout comme. Qui l’aurait cru, qu’un jour toute cette technologie arriverait jusqu’aux portes du Sertão.

À 150 kilomètres de là où je me trouvais, donc, de vrais conférenciers, en chair et en os, ont parlé de la relation entre culture et développement durable. À ce sujet, j’ai vu une petite interview de Joël de Rosnay proposant d’y préférer le concept de « développement adaptatif régulé ». Selon lui, ça correspond mieux à l’idée cybernétique de sustainability, qui implique une sorte de rétro-action absente dans le mot « durable ». On pourra y ajouter une définition anthropologique de la « sustentabilidade » comme articulation entre passé, présent et futur.

Aujourd’hui, les 3 R (qui sont d’ailleurs passés à 7 en très peu de temps) constituent le fond de commerce d’un modèle comportementaliste selon lequel, si chacun fait sa part, on finira par s’en sortir. Insister sur l’importance de l’abandon des sacs plastiques et du recyclage des bouteilles PET s’inscrit aussi dans cette optique – après tout, ça donne même du travail aux ramasseurs dans la rue. Toute la logique de la défense de l’environnement est liée à des concepts économiques, qui constituent en fait la base de sa mise en pratique. Atteindre les 8 ODM, oui, pour autant qu’on y gagne quelque chose.

Ces notions économicistes apparaissent pourtant peu à peu comme des constructions historiques, élaborées au cours du XIXe puis du XXe siècle: lorsque le gouvernement brésilien décide de réduire l’impôt sur la production industrielle (IPI) pour combattre les effets de la crise internationale de 2008-2009, le coût de la mesure est externalisé sur le milieu urbain, la dégradation du traffic routier et la pollution atmosphérique.

Culture et développement adaptatif régulé, quant à eux, sont viscéralement liés, et comme l’a écrit Celso Furtado, l’un des grands économistes brésiliens, le but du développement d’un pays est avant tout culturel. C’est-à-dire que le concept de développement doit lui-même évoluer, de manière à rééquilibrer le local, la culture et l’environnement.

Tous ces grands mots, et ces jolies phrases ont été présentées à un public de près de 200 personnes éparpillées sur un territoire grand comme la France. Du jamais vu, du moins de ce côté-ci de la planète. On savait bien que ça existait, on en rêvait un peu, comme d’un bon whisky au son d’un bon disque sur le gramophone. Lundi, on serait vraiment cru en 2010. Dommage qu’il ait fallu rentrer à la maison dans une charette tirée par un âne.

Segunda-feira pela manhã, eu fui assistir uma videoconferência. Uma de verdade, igual àquelas que se vê nos telefilmes americanos do sábado à noite. Num belo churrasco entre vizinhos (menos Jones, que estava em serviço na Guatemala), o empresário americano precisa participar de uma reunião do outro lado do país. Problema: o seu helicotero (aquele avião com uma peneira em cima) está quebrado e o próximo voó está perso numa tempestade de neve, então não há outra solução: « Janet, ligue para Nova Iorqui. » E aí, o quadro no fundo da sala gira e aparece uma tela gigante. Janet lança um programa segredo, o empresário digite uma senha e eles se conectam com os coleguas de Nova Iorqui. Todo mundo fuma charutos e fala alto.

Bom, na segunda, ninguém fumava charutos. Mas na sala, havia duas televisões. A gente não estava em Nova Iorqui também, mas fora isso, era igualzinho. Quem diria, que um dia toda esta tecnologia chegaria até as portas do Sertão.

Poís, a 150 quilometros daí, verdadeiros palestrantes, de carne e osso, conversaram sobre a relação entre cultura e desenvolvimento sustentável. Falando disso, lembro de uma pequena entrevista de Joël de Rosnay que vale a pena. Ele prefire o apelido de « desenvolvimento adatativo regulado ». Segundo ele, corresponde melhor à idéia cibernética de sustentabilidade, que implica um tipo de retro-ação, ausente nas palavras francesas de « développement durable ». Ainda poderiamos acrescentar a definição antropológica da sustentabilidade como articulação entre passado, presente e futuro.

Hoje, os 3 R (que já passaram a 7 em pouco tempo), constituem o fundo de comércio de um modélo comportamentalista segundo o qual, se cada um faz a sua parte, vamos todos nos sair bem. Insistir na importância de deixar de usar sacolas plásticas e de começar a reciclar as garrafas PET está na mesma lógica – além de dar trabalho para os catadores. Assim, toda a lógica da defesa do meio ambiente é ligada a conceitos econômicos, que estão na base da sua prática. Atingir os 8 Objetivos do Milênio, sim, a condição de ganhar alguma coisa.

Estas noções econômicas apareçam pouco a pouco como construções históricas, elaboradas durante os séculos XIX e XX: quando o governo brasileiro decide de reduzir o imposto sobre a produção industrial (IPI) para combater os efeitos da crise internacional de 2008-2009, o custo da medida fica terceirizado para o meio urbano, a degradação do trânsito e a poluição atmosférica.

Cultura e desenvolvimento adatativo regulado, por sua parte, estão intimamente ligados e, como escreveu Celso Furtado, um dos grandes economistas brasileiros, o objetivo do desenvolvimento do um país é antes de tudo cultural. Ou seja, é o conceito mesmo de desenvolvimento que deve evoluir, para equilibrar se com a cultura, o local e o meio ambiente.

Todas estas grandes palavras, estas lindas frases foram apresentadas para um público de quase 200 pessoas espalhadas num território maior que a França. Nunca foi visto, pelo menos deste lado do planeta. A gente sabia que existia, a gente sonhava as vezes, como uma boa cachaça com a música do gramafone. Segunda, a gente estava mesmo em 2010. Pena que foi preciso voltar para casa numa caroça de jegue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :