Zapatistas et crise climatique

Immédiatement après l’apparition des Zapatistas sur la scène mondiale en 1994 lors que leur soulèvement armé, ils ont baissé les armes et révélé qu’à côté de leur « Un NON » – le rejet d’une autorité imposée, qu’elle vienne du gouvernement mexicain ou des institutions internationales régissant le commerce, l’investissement, le développement et les politiques de sécurité – ils défendaient « de nombreux oui. » Oui, pour les Zapatistas, signifie le développement attentif, conscient et consciencieux de formes alternatives de gouvernance et d’utilisation des ressources: des écoles polyglottes, des cliniques communautaires, des banques de semences, une agriculture durable, des installations sanitaires accessibles et bon marché, et surtout, une expérimentation organisée de la démocratie directe.

Implicite dans l’émergence des peuples indigènes se trouve leur demande d’être traités avec un respect égal à celui de tout autre être humain. Comme le Subcommandant Marcos l’écrivait il y a quelques années, « Les puissants, avec tout leur argent, ne comprennent pas notre combat. Le pouvoir de l’argent et de l’orgueil ne peuvent pas comprendre, parce qu’il existe un mot qui ne passe pas par la tête des sages qui vendent leur inteligence aux riches et aux puissants. Et ce mot, c’est dignité. »

On peut dire que la question la plus fréquente que se posent les gens qui commencent à s’inquiéter de la crise climatique est, « Que puis-je faire, en tant qu’individu, pour améliorer les choses? » La réponse simple des villageois zapatistas, est rien. Parce qu’il nous faut arrêter d’agir en tant qu’individu si nous voulons survivre; la Terre ne sera pas affectée par nos actions individuelles, mais bien par notre impact collectif.

Le slogan zapatista, « Para todos todo, para nosotros nada » (« Tout pour tous, rien pour nous »), est tombé à point nommé au milieu des années 90, jusqu’aujourd’hui encore. Leur demande de « Rien pour nous » nous semble tellement à contre-courant – à nous les individus assoiffés de ressources du soi-disant Premier Monde – qu’on n’oserait pas le demander. Comme le dit le dicton, personne ne s’est jamais soulevé pour l’austérité. Pourtant, sans être nécessairement floué, nous devons construire notre capacité de vivre suivant un autre vieux dicton: Assez vaut mieux qu’une orgie.

L’inteligentsia mexicaine voit une menace dans le projet des Zapatistas, opposé à l’intégrité de l’état-nation. Cette menace vient de leur demande de reconnaissance, à l’intérieur des frontières de l’état, de la diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse. Dans la région des Andes, et surtout en Bolivie, ce phénomène est appelé (dans sa dimension culturelle) pluriculturalité, ou (dans sa dimension politique) plurinationalité – une nation dans laquelle se trouvent plusieurs nations. La notion de pluriculturalité diverge significativement du concept américain de « multiculturalisme », parce qu’il va au-delà de l’éducation multiculturelle pour intégrer le respect des exigences collectives territoriales et des droits collectifs.

En se battent pour la Terre, les Zapatistas ne se sont jamais identifiés eux-mêmes, même par accident, comme environnementalistes. Et ils ne parlent pas non plus, dans leurs communiqués, d’écologie ou de conservation. Et pourtant, comme le poète Gary Snyder l’a dit, « La meilleure chose qu’on puisse faire pour l’environnement, c’est de rester chez soi. » Comme les paysans indigènes en lutte pour leur autonomie territoriale, les Zapatistas se battent pour « rester chez eux. »

Extraits traduits de l’article de Jeff Conants, What the Zapatistas Can Teach us About the Climate Crisis, publié sur le site Upside Down World.

Imediatamente após a chegada dos Zapatistas na cena mundial em 1994 durante o levante armado, eles baixaram as armas e revelaram como, ao lado do seu « Um NÃO » – recusando uma autoridade imposta, seja pelo governo mexicano ou pelas instituições internacionais cuidando do comercio, dos investimentos, do desenvolvimento ou das políticas de segurança – eles defendiam « vários sim. » Sim, para os Zapatistas, significa o desenvolvimento atento, consciente e cuidadoso de formas atlernativas de governo e de uso dos recursos naturais: escolas poliglotas, clínicas comunitárias, bancos de sementes, agricultura sustentável, saneamento accessível e barrato, e sobretudo, uma experiência organizada de democracia direta.

Implícita no surgimento dos povos indígenas, a questão de serem tratados com um respeito igual à aquele que se dá a todo ser humano. Como o Subcomandante Marcos escrevia alguns anos atrás, « Os poderosos, com todo seu dinheiro, não entendem o nosso combate. O poder do dinheiro e do orgulho não podem entender, porque há uma palavra que não passa pelas cabeças dos sábios que vendem a sua inteligência para os ricos e poderosos. E esta palavra, é dignidade. »

Podemos dizer que a questão mais frequente que fazem as pessoas que começam a se preocupar com a crise climática é, « O que posso fazer, eu simples indivíduo, para melhorar as coisas? » A resposta simples dos moradores das aldeias zapatistas, é nada. Porque precisamos parar de atuar enquanto indivíduos se queremos sobreviver; a Terra não será afetada pelas ações individuais, e sim pelo impacto coletivo.

A chama zapatista, « Para todos tudo, para nós nada », caiu bem no meio dos anos 90, e cai bem hoje ainda. A exigência de « Para nós nada » parece tanto andar a contra-corrente – para nós indivíduos famintos de recursos do assim-chamado Primeiro Mundo – que não ousariamos formulá-la. Como diz o provérbio, ninguém jamais se levantou para a austeridade. No entanto, sem necessariamente sermos enganados, precisamos construir a nossa capacidade de viver seguindo outro provérbio antigo: Bastante vale mais que uma órgia.

A alta sociedade mexicana vê o projeto zapatista como uma ameaça, oposta à idéia do estado-nação. Esta ameaça vem da exigência de reconhecer, dentro das fronteira do estado, da diversidade étnica, cultural, linguística e religiosa. Na região dos Andes, e sobretudo na Bolivia, este fenomêno é chamado (na sua dimensão cultural) pluriculturalidade, ou (na sua dimensão política) plurinacionalidade – uma nação onde se encontram outras nações. A idéia de pluriculturalidade difere significativamente do conceito americano de « multiculturalismo », uma vez que ele vai além da educação multicultural para integrar o respeito das exigências coletivas teritoriais e de direitos coletivos.

Lutando para a tera, os Zapatistas nunca se identificaram, nem por acidente, como ambientalistas. Também não falam, nos seus comunicados, de ecologia ou de conservação. Mesmo assim, como dizia o poeta Gary Snyder, « A melhor coisa que se possa fazer para o meio ambiente, é ficar em casa. » Como os campesinos e fazendeiros indígenas na luta para a autonomia teritorial, os Zapatistas lutam para « ficar em casa. »

Trechos traduzidos do artigo de Jess Conants, What the Zapatistas Can Teach us About the Climate Crisis, publicado no site Upside Down World.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :